CHRONO ACUPUNCTURE
Depuis la nuit des temps, l’homme a tenté d’en arrêter le cours, de stopper l’écoulement permanent qui nous entraîne inéluctablement vers l’échéance ultime et — pourquoi pas — de revenir en arrière… La tentative de retour sur le passé — dans le passé, avec l’objectif éventuel d’en modifier les « séquelles » — reste à jamais (!) une quête mythique bien souvent relatée en littérature ou au cinéma… La tradition chinoise a conçu depuis l’Antiquité une façon toute particulière de retrouver le contexte temporel du passé. L’élaboration si précise de sa conception cyclique du temps nous ramène avec la plus exacte des régularités aux conditions énergétiques qui ont précédé… De là à imaginer que ce retour puisse nous offrir la possibilité d’intervenir sur les faits qui en ont découlé…
Les points d’ouverture
La théorie traditionnelle chinoise affirme que nous nous trouvons sous une influence énergétique en perpétuel renouvellement. Sur le plan médical, elle suggère que, de deux heures en deux heures, notre corps propose une nouvelle « entrée » particulièrement accessible aux influences cosmotelluriques : un nouveau point d’acupuncture, à la sensibilité optimale se trouve « ouvert » tel une fenêtre aux flux externes et internes. Les points d’ouverture, s’enchaînant selon des règles précises, se retrouvent de cycle en cycle. L’approche se complexifie du fait que les Chinois ont défini plusieurs catégories de « points d’ouverture » selon que l’on choisit de raisonner en termes de méridiens principaux dont les « points d’ouverture » seront les points Shu antiques et les points Source, ou que l’on préfère se référer aux Merveilleux Vaisseaux à la notion plus ésotérique, au potentiel thérapeutique bien différent et qui possèdent leurs propres « points d’ouverture ». 
Quatre méthodes ont été élaborées. Deux méthodes utilisent les points Shu antiques : Na Zi Fa et Na Jia Fa, réunies sous la dénomination Zi Wu Liu Zhu. Les deux autres utilisent les points des Merveilleux Vaisseaux : Ling gui ba fa et Fei Teng Ba Fa. 
Dans tous les cas, les calculs se réfèrent obligatoirement à l’heure solaire du lieu. 
Dans l’application traditionnelle de cette théorie, les médecins chinois proposaient, soit l’utilisation des points ouverts au moment de la consultation, soit l’organisation de consultations aux heures propices selon les pathologies ou le tableau énergétique du patient. 
 
Agir sur le passé
En France, un courant de recherche, mené par un médecin alsacien, le docteur Claude Simmler, a procédé à une étude approfondie de ces différentes méthodes, souhaitant préciser le champ d’action de chacune et leur possibilité d’association. Par ailleurs, il est parti d’un postulat différent de celui — traditionnel — décrit plus haut. Selon le principe qu’au moment exact où survient un événement notre sensibilité énergétique est à son point culminant en un point précis du corps, on peut alors penser qu’en intervenant sur ce point on pourra avoir une influence sur les conséquences dudit événement. Nous parlons ici de tout épisode ayant engendré des modifications psychiques ou physiques dans la vie du patient, a fortiori ceux qui ont entraîné des processus pathologiques : accidents, opérations chirurgicales, mais aussi les stress psychologiques comme les deuils, séparations, considérant comme stress ce qui est exprimé comme tel par le patient qui en reste traumatisé. 
Poussant plus loin le raisonnement, on peut considérer que l’événement le plus marquant d’une existence reste… la naissance, et on peut parfois décider de puncturer les points d’ouverture correspondants à l’heure de naissance du patient quand la pathologie exprimée y invite. Il arrive même que l’on retrouve une concordance entre les points de naissance et ceux d’un ou de plusieurs traumatismes…
Pratiquant et parfois associant les différentes méthodes citées plus haut, choisies selon les patients, les pathologies exprimées ou leur antériorité, nous obtenons des résultats saisissants. Certains patients vont jusqu’à voir la fin de pathologies chroniques dont ils étaient atteints depuis de nombreuses années. Notre ami alsacien qui a systématisé ses recherches a présenté ses travaux au congrès mondial de MTC qui s’est tenu à Paris en 2005. 

En pratique…
En pratique, l’application de la théorie n’est pas toujours simple. La première difficulté est de déterminer, à deux heures près, le moment du traumatisme… Surtout après de nombreuses années. Cependant, à l’occasion de faits particulièrement traumatisants, certains patients feront montre d’une mémoire phénoménale ! En ce qui concerne l’heure de naissance, outre les erreurs d’inscription sur le Livret de famille, la méconnaissance de l’heure de naissance est assez fréquente. 
De plus, il faut veiller à puncturer les points selon un ordre bien précis. Enfin, il est parfois nécessaire, pour « sortir » le malade de sa pathologie, d’associer à la chrono-acupuncture, quelques points thérapeutiques déterminés de manière classique. Parfois, il arrive que cela ne « marche quand même pas ». Que faut-il alors incriminer ? Il est souvent complexe d’établir le lien entre la plainte présente et l’événement du passé. Nos critères de sélection ne correspondent pas toujours à la vulnérabilité prioritaire du patient. Il peut aussi s’agir d’une erreur de calcul : utilisation erronée de l’outil de détermination ou instrument non fiable. On retrouve également des erreurs d’horaire. En dehors des indications inexactes fournies par le patient lui-même, nous avons les erreurs en rapport avec la longitude : à Brest et à Strasbourg le soleil n’indiquera pas la même heure alors qu’elle sera identique sur la montre. 
Car c’est bien de l’heure solaire dont il s’agit et il ne faut jamais oublier de traduire l’heure donnée en heure solaire pour procéder aux calculs. Enfin, il ne faut pas omettre les changements entre heure d’été et heure d’hiver qui — de plus — ont varié dans l’histoire. Autant de paramètres dont beaucoup d’outils ne tiennent pas compte ! En revanche, lorsqu’aucune irrégularité ne vient troubler l’application à bon escient de la chrono-acupuncture, la puissance réactionnelle de cette méthode exige l’attention prudente d’un professionnel expérimenté : ce procédé faisant bouger le patient en profondeur, le thérapeute doit se tenir prêt à réagir aux manifestations possibles de douleur physique ou morale au décours du traitement.
 
Des perspectives vertigineuses
La théorie chinoise traditionnelle du temps donne à l’être humain sa place dans l’espace-temps : ici et maintenant ! 
La chrono-acupuncture permet de déterminer cette place avec précision et offre au thérapeute la perspective vertigineuse d’une possible interaction avec le processus vibratoire qui anime son patient. Si la méthode peut paraître facile moyennant l’instrument adéquat, sa pratique doit être réservée aux praticiens avertis, bien équipés, conscients d’user de moyens subtils et d’avoir accès à des domaines délicats qu’il faut aborder avec humilité ! 
A notre époque où tout va si vite et où le monde vit à « court terme » sans paraître se soucier des conséquences de cette course en avant, il est logique que d’aucuns s’intéressent à la chrono-acupuncture, pan jusqu’à peu « oublié » de la médecine chinoise. Et l’on voit depuis quelques années fleurir les propositions de cours, de stages, de logiciels et autres sites sur la question. 
C’est à qui sera le plus traditionnel ou le plus adapté au monde occidental, le plus abscons ou le plus explicitement compréhensible… Selon les compétences et les intentions ! Pour les patients comme pour les praticiens en quête de Connaissance, il est essentiel de savoir à qui l’on s’adresse dans ce domaine aux perspectives métaphysiques et donc propres aux dérives en tous genres. Dans ce paysage, il est cependant des esprits libres mais avisés dont les recherches bien que sérieuses bousculent les idées reçues !
 
Retour
Lettre d'infos
Tong-ren-editions
Inscrivez votre e-mail pour recevoir nos dernières nouvelles !
Nous contacter :